BMW M5 : Trente-trois ans et six générations

Générations BMW M5

De la première E28 de 1984 à la dernière version de 2017, la M5 n’a cessé d’évoluer. La branche Motorsport de BMW a toujours su lui inculquer les mêmes valeurs. Retour sur six générations de berlines sportives.

En 2014, la M5 a fêté ses 30 ans. Pour l’occasion, BMW avait sorti une série limitée à 300 exemplaires poussant le V8 biturbo de la M5 F10 à 600 ch. Trois ans plus tard, la nouvelle M5 débarque avec le même nombre de chevaux, dans sa version de série. Au fur et à mesure de son histoire, la berline est montée en puissance et elle a imposé une vraie dynamique. Et ce, dès la première génération.

M5 E28

Si la M5 E28 s’impose comme la « vraie » première de la gamme, il y a eu avant elle la M535i E28, en 1981. Cette dernière embarquait un 6 cylindres 3,5 litres de 218 ch, qu’elle empruntait déjà à une autre M535i, de gamme E12. Mais c’est en 1984 que la véritable M5 E28 sort des usines du constructeur allemand, qui n’a pas fait les choses à moitié. Elle hérite du même moteur que la grande M1, à savoir le 6 cylindres 3,5 litres de 256 ch qui aura du succès sous le capot de cette berline de sport. A l’époque, ce bloc lui permet d’abattre le 0 à 100 km/h en 6’’8 et d’atteindre près de 250 km/h.

BMW M5 E28

M5 E34

C’est en 1989 qu’arrive la M5 E39. Depuis la E28, BMW a fait évoluer le moteur de la M1 et propose désormais un 6 cylindres 3.6 litres de 315 ch et 360nm à 4750 tr/min. En 1992, BMW pousse un peu plus le bloc avec une version 3.8 litres gonflée à 340 ch et 400 nm. La berline peut désormais expédier un 0 à 100 km/h en 6 secondes. Sa vitesse maximale est en revanche toujours de 250 km/h.

Le dessin de la M5 E34 est plus sobre que celui de sa devancière. BMW a arrondi certains angles, et a proposé une auto plus confortable. Outre le gain de puissance, la M5 3.8 litres reçoit quelques améliorations stylistiques très légères, dont de nouvelles jantes à 5 branches (photo).

BMW M5 E34

M5 E39

En 1998, l’arrivée de la M5 E39 est synonyme de rupture sur plusieurs plans. Tout d’abord, du côté de la motorisation. La berline gagne deux cylindres et 60 ch ! En effet, la branche Motorsport décide d’équiper cette nouvelle M5 d’un V8 5.0 litres de 400 ch.  Les performances en sont les premières bénéficiaires. Bien qu’elle soit toujours bridée à 250 km/h, la M5 E39 réalise le 0 à 100 km/h en 5’’6.

Malgré ce gain de puissance, le look de la berline se veut toujours plus sobre. Le dessin a bien évolué et n’a plus beaucoup avoir avec la E34. Elle se fond un peu plus dans la masse et dissimule parfaitement ses 400 ch, ce qui en fait aujourd’hui son charme. Dans l’habitacle, on commence à voir apparaître de belles technologies, pour l’époque. BMW a mis l’accent sur le confort avec entre autres, des sièges chauffants.

BMW M5 E39

M5 E60

En 2004, la M5 fête ses vingt ans. Cela tombe bien puisque BMW présente un nouveau modèle. Pour souffler les bougies, la branche Motorsport équipe cette fois la berline d’un V10 ! En une seule génération, on réalise un grand bond en termes de puissance. Grâce à ce nouveau bloc, la M5 développe désormais 507 ch et 520 nm à 6100 tr/min. Ce qui se ressent sur le 0 à 100 km/h qui est abattu presque une seconde plus rapidement qu’avec la E39 (4’’7). La E60 adopte également une nouvelle boite séquentielle à 7 rapports.

A l’extérieur, c’est un mélange d’agressivité et d’élégance qui caractérise la M5 E60. Les traits sont encore un peu plus arrondis et de nouveaux boucliers viennent se greffer sur la berline. Des prises d’airs sont également présentes pour favoriser le refroidissement et améliorer l’aérodynamique.

BMW M5 E60

M5 F10

La M5 F10 débarque en 2011 et n’échappe pas au downsizing qui lui écarte son V10. BMW Motorsport l’équipe toutefois d’un puissant V8 4.4 litres biturbo de 560 ch et 680 nm. La berline gagne en performances (4’’4 sur le 0 à 100 km/h) et en milieu de cycle, BMW va même proposer un Pack M « Compétition » pour lui donner un peu plus de radicalité. Le Pack M lui permet, entre autres, d’atteindre 575 ch et de la doter d’un nouveau châssis plus radical. En 2014, pour fêter les 30 ans de la M5, BMW lance une série limitée à 300 exemplaires développant 600 ch. Pour l’occasion, le constructeur en profite pour faire passer la vitesse de pointe à 305 km/h.

Cette fois, la F10 hérite d’un design plus radical que les précédentes versions. BMW a mis l’accent sur la sportivité tout en maintenant le confort. Les deux maîtres-mots de la M5.

BMW M5 F10

M5 (2017)

Enfin, la dernière M5 dévoilée cet été et présente à Francfort prend encore une nouvelle dimension. Pour la première fois, elle s’équipe d’une transmission intégrale M xDrive. Le couple peut toutefois être envoyé à 100 % aux roues arrière. Elle conserve un V8 4.4 litres biturbo mais cette fois gonflé à 600 ch et 750 nm. Le 0 à 100 km/h s’effectue désormais en 3’’4, soit plus d’une seconde de mieux que la F10. La vitesse de pointe est toujours limitée à 250 km/h. Si un Pack M « Compétition » est attendu, BMW met déjà à disposition une option « M Driver« . Cette dernière permet d’atteindre les 305 km/h.

BMW M5 (2017)

En 33 ans, la M5 a donc subi de nombreux changements, autant sur le plan des performances, que sur le design. La berline est passée de 256 à 600 ch et a gagné plus de 3 secondes sur l’exercice du 0 à 100 km/h. Mais au-delà de ces évolutions générationnelles normales, la M5 incarne le parfait mélange entre sport et confort que l’on peut attribuer à la marque à l’hélice.

Aurélien Gourgeon @auregourgeon

Commentaires