Bugatti révèle la Divo !

Le constructeur alsacien lève le voile sur son nouveau modèle, la Divo. Une Bugatti Chiron aiguisée et plus axée sur la performance en courbes.

La Bugatti Chiron évolue en Divo. Exit l’image luxueuse et raffinée de l’hypercar de ligne droite. La nouvelle Divo est une Chiron affûtée… pour être efficace dans les virages. Si elle conserve son W16 8,0 litres quadri-turbo de 1500 chevaux, les changements tout autour sont radicaux.

Ce qui frappe d’entrée est ce design acéré qui ne mettra sans doute pas tout le monde d’accord. Mais les changements ont été faits dans le but d’obtenir la meilleure aérodynamique. A l’avant, le capot bénéficie de deux importantes entrées d’air et le spoiler avant assure une pénétration dans l’air plus importante. L’arrière change sensiblement aussi :  L’aileron, intégré dans le prolongement des lignes mesure 1,83 mètres (23% de plus que la Chiron).

Bridée à 380 km/h

Sous cette carrosserie, tout a été pensé dans le but d’optimiser les performances de l’hypercar. Le châssis a été réglé afin d’améliorer ses capacités en courbe en augmentant notamment le carrossage. Bugatti annonce que les amortisseurs gagnent en fermeté et la direction répond plus rapidement. Malgré tout, la Divo conserve une masse importante : 1960 kg à vide (35 kg de moins que la Chiron). D’après Bugatti, cela ne lui empêche pas de repousser la Chiron à 8 secondes sur un tour du circuit de maniabilité de Nardo, en Italie. Contrairement à cette dernière, le but de la Divo n’est pas d’atteindre la vitesse la plus élevée. Alors Bugatti l’a bridée de façon qu’elle ne dépasse pas 380 km/h.

En revanche, la démarche n’a pas été poussée jusqu’à l’intérieur, qui ne reçoit pas le même traitement que le reste de l’hypercar. Malgré des sièges qui bénéficient d’un nouveau design, le confort prime dans l’habitacle, pratiquement identique à celui de la Chiron.

1 Divo = 2 Chiron

Stephan Winkelmann, président de la marque depuis l’année dernière n’est pas étranger à son arrivée : « Quand j’ai pris mes fonctions chez Bugatti en début d’année, j’ai su rapidement que les clients et les passionnés de la marque attendaient un modèle spécial qui, parallèlement à la Chiron, ouvrirait un nouveau chapitre dans l’histoire de l’entreprise », a expliqué l’allemand.

Mais deux éléments propres à Bugatti ne changent pas avec la Divo. Sa rareté, puisque 40 exemplaires (déjà tous vendus) seront produits. Et enfin son prix très élevé : 5 millions d’euros, soit le double d’une Chiron.