Comment estimer la valeur d’un véhicule sportif ?

S'il est important de se fier à une cote, il est tout aussi nécessaire de l'affiner selon certains critères utiles pour les véhicules sportifs.

Bien qu’il soit devenu relativement simple de vendre sa voiture, déterminer son prix ne s’avère pas toujours facile. Sa cote peut être calculée sur une multitude de sites internet, qui donnent une première valeur plus ou moins fiable, mais surtout variable. Pas tous ne se basent sur les mêmes critères. Et certains points, d’autant plus importants chez les sportives, doivent être pris en compte au moment de la vente ou de l’achat.

Le downsizing, bénéfique aux anciens modèles

Exemple frappant en simulant sur plusieurs sites l’estimation d’une Porsche Cayman S (981) de 40 000 km, boîte PDK, mise en circulation en janvier 2016. Les valeurs proposées varient entre 48 000 €… et 62 500 € ! Comme pour tous les véhicules cette cote prend, entre autres critères, les trois primordiaux que sont l’année du modèle, sa date de mise en circulation ainsi que son kilométrage.

C’est là que plusieurs facteurs, pas nécessairement pris en compte dans la cote, entrent en jeu. Chez une sportive, la rareté peut garantir une forte plus-value. Autant pour une supercar que pour une GTi en série spéciale et limitée. Les options du véhicule ne doivent pas non plus être négligées. Dans le cas de notre Porsche Cayman S (981) un Pack Sport Chrono et un échappement Sport augmentent sa valeur d’environ 2 500 € en moyenne. Mais son « atout » le plus influent dans son estimation provient surtout de son moteur. La génération 981 de Boxster Cayman est l’ultime à profiter du flat-six 3,4 litres atmosphérique, la 718 actuelle étant passée au 4 cylindres turbo, moins noble. Ce malheureux phénomène de downsizing réhausse la valeur des anciens modèles équipés de moteur plus gros, même s’ils sont moins puissants. 

Utilisation, entretien, saison de vente

L’état général du véhicule et son entretien ne sont également pas considérés dans la cote. Comme pour une auto lambda, une premièrement main avec factures à jour et entretenue toujours au même endroit vaut plus. Pour une sportive, son utilisation doit être considérée, 40 000 kms sur route n’étant pas pareil que 40 000 kms sur circuit. Enfin, la saisonnalité est un critère influent. Une Mazda MX-5 se vend plus chère au printemps et en été, de la même manière que dans les régions montagneuses les transmissions intégrales sont plus prisées.

Restent les sportives de collection dont l’estimation est différente. « La cote des voitures de collection a flambé ces 20 dernières années » comme l’explique Patrick Peter dans cette interview accordée à nos confrères du Figaro. Leur valeur est influencée par l’histoire du modèle, la rareté des pièces et le marché global de la vente d’anciennes qui a le vent en poupe… Une estimation ne relève donc pas d’une science exacte, et parfois même aucunement rationnelle, avec certaines autos de légende devenues quasi inestimables.

ABONNEZ-VOUS A MOTORSPORT

Les voitures de sport vous passionnent, vous aimez les essais complets, détaillés, les chronos, les comparatifs… ?
Abonnez-vous sans plus tarder au magazine Motorsport et faites une économie de 20 % avec 6 numéros + le hors série « Toutes les sportives du Monde » pour seulement 35 €