Trente ans avant le Lamborghini Urus … Le LM002

L’Urus s’apprête à être dévoilé et devrait conquérir un nouveau public chez Lamborghini. Il y a trente ans, un autre tout-terrain sortait des usines du constructeur : le LM002.

A travers ses récentes vidéos, Lamborghini vante l’aptitude « passe-partout » de l’Urus. Sur la neige, la terre, le sable, ou encore sur circuit, le SUV semble être à son aise sur tous les terrains. Mais avant lui, le LM002 a participé à propager un peu plus l’aura du constructeur italien. Aujourd’hui, on peut le voir comme un engin surréaliste, qui parait insensé compte tenu des restrictions européennes. A l’époque, il a servit a maintenir le blason Lamborghini, qui a fusionné dans ce 4×4 ses capacités à fabriquer des tracteurs et des sportives.

V12 de Countach, 210 km/h

Le tout-terrain a vu le jour en 1986, mais il faut remonter presque dix ans en arrière pour comprendre la provenance d’un tel projet. En 1977, suite à un appel d’offre de l’armée américaine, Lamborghini conçoit le Cheetah. Un prototype que le constructeur italien présente à Genève la même année. Doté d’un moteur en position centrale arrière -un V8 5.9 litres Chrysler développant 170 ch- le Cheetah peut atteindre 165 km/h. Mais le projet est imparfait et comporte plusieurs points faibles, à commencer par la tenue de route. Ce dernier n’est pas conservé par l’armée qui décide d’opter pour un Hummer, bien plus imposant à l’époque. Mais Lamborghini n’abandonne pas pour autant le Cheetah, qui  sert de base pour plusieurs autres concepts. Jusqu’à arriver au LM002 qui va devenir un véhicule de production aux dimensions hors-normes (4,90 mètres de long ; 2 mètres de large).

Le Cheetah (à gauche) et le LM002


Puisque la notion de mesure semble avoir été mise de côté pour sa conception, Lamborghini décide finalement d’opter pour un moteur en position avant :  le V12 5.1 litres (développant ici 455 chevaux) de la Countach, rien que ça ! Autre principale nouveauté par rapport au Cheetah, c’est la possibilité de rouler avec une transmission intégrale ou de passer en mode propulsion. Le tout avec une boîte manuelle à 5 rapports. Ce qui lui permet d’atteindre 210 km/h malgré ses 2,7 tonnes et son aérodynamique plutôt… limitée.

30L/100 km

A l’intérieur règne une atmosphère luxueuse et surtout confortable, dans un habitacle paré de cuir. Un accoudoir géant sépare les deux places avant, et derrière, jusqu’à six autres places peuvent être ajoutées si l’on empiète dans le coffre. Autrement dit, le LM002, c’est une limousine version XXL. Une limousine plutôt gourmande, d’ailleurs : comptez plus de 30l/100 km. A titre de comparaison, le Hummer H1 est un petit joueur avec ses 22L/100 km.

Au total, 300 LM002 ont été fabriqués et vendus à l’époque pour presque 130.000$. Aujourd’hui, on trouve quelques annonces sur internet qui varient entre 350.000 et 450.000$. Une somme imposante, à l’image de l’engin, à laquelle il faut ajouter des coûts d’entretien eux aussi déraisonnables. Trente ans après, l’Urus ne sera pas équipé d’un V12 d’Aventador S, mais d’un V8 Biturbo. Mais pour le concevoir, la firme de San’Agata Bolognese s’est inspirée du LM002, et même de la Countach. Après de nombreux teaser, Lamborghini le dévoilera enfin ce mercredi 6 décembre. 

Aurélien Gourgeon @auregourgeon

Commentaires