La guerre des secondes au Nürburgring

Porsche 911 GT2RS Nürburgring

Parfois, un record en piste se joue au millième près. Au Nürburgring, on parle plutôt en secondes. Au sommet des meilleurs chronos, les écarts sont conséquents. Jusqu’à quand ?

Le 27 septembre dernier, la 911 GT2 RS est devenue la voiture de production la plus rapide sur le Ring. Avec un chrono de 6’47’’3, Porsche a placé la barre haute, relayant la Lamborghini Huracan Performante à près de 5 secondes (6’52’’01).

Le duel Porsche – Lamborghini

Cinq secondes, c’est aussi l’écart qui sépare l’Huracan et la Porsche 918 Spyder, qui détient le troisième meilleur temps en 6’57 tout pile. Autrement dit, en quatre ans (La 918 Spyder a réalisé son chrono en septembre 2013), dix secondes ont été gagnées sur la Nordschleife. Il est vrai que certaines portions du circuit ont été retravaillées rendant les passages plus rapides. La 918 Spyder améliorerait sans doute son chrono si elle repartait à la conquête du Ring. Mais pas sûr que cela soit l’objectif de Porsche. Tout comme l’Aventador qui pointe à la quatrième place en 6’59’’73. Lamborghini essaiera-t-il de reprendre la première place ? Sans doute, mais le constructeur italien semble avoir d’autres priorités à l’heure actuelle. Pour l’instant la marque de Sant’Agata bolognese, qui résiste encore au downsizing et autres technologies autonomes, vise un autre record. Celui des SUV avec l’URUS qui arrivera en décembre prochain.

27 secondes entre le premier et le dixième temps

Si on se penche sur les dix meilleurs temps au Nürburgring (voitures homologuées), on constate que le plus ancien date de 2011. Il s’agit de celui de la Viper SRT10 ACR et son V10 8.4 litres de 600 ch, en 7’12’’13.  Le plus vieux donc, mais pas le plus lent, puisque c’est le 8ème meilleur temps. Les deux dernières références appartiennent à la 911 GT3 en 7’12’’17 (établit en mai 2017) et à la Corvette Z06 qui a réalisé 7’13’’90 en juillet dernier.

Parmi ces dix meilleures performances, la moitié d’entre elles ont été réalisées cette année. Il y a donc un renouvellement régulier dans le top 10 même si au sommet la hiérarchie parait solide. Le podium semble -pour le moment- inaccessible pour nombre de sportives, l’écart entre la première et la dixième place étant de presque 27 secondes. Cette amplitude est conséquente et a du mal à réduire car lorsque qu’une dixième place se joue à quelques centièmes près, un top 3 se gagne à coups de 5 secondes.

Dans quelques années, cette amplitude réduira certainement car les performances pourront difficilement être améliorées au sommet. Il est quand même rassurant pour le futur de voir une marge aussi grosse à l’heure où les sportives semblent de plus en plus perfectionnées.

Un tracé particulier qui reste la référence

Cinq secondes, c’est donc à la fois beaucoup et peu pour un tracé de 20 kilomètres où un chrono ne peut être réduit qu’au facteur puissance. Le Ring reste un circuit qui a ses exigences et où d’autres paramètres rentrent en jeu, à commencer par le pilote. Le dernier record de la GT2 RS en est la preuve. Porsche a emmené sur la Nordschleife deux véhicules et deux pilotes. Ils ont tous deux fait tomber le record de l’Huracan. Mais si Lars Kern n’avait pas réalisé 6’47’’3, les écarts seraient tout autres. Le constructeur avait déjà emmené deux pilotes pour le record de Marc Lieb avec la 918 Spyder en 2013.

Pour l’instant, et pour une durée indéterminé, Porsche reste maître chez lui avec deux sportives sur le podium et trois dans les dix meilleurs chronos du Nürburgring. Mais la concurrence arrive et nul doute qu’elle ne se laissera pas abattre. On connait l’attachement de Porsche pour ce circuit, il est aussi normal de les voir briller. Chaque constructeur a son rapport avec le Ring et s’y implique à des degrés différents. Mais peu importe, la Nordschleife reste une référence dans le milieu automobile et un bon chrono assure pour une marque une exposition sans pareille.

Aurélien Gourgeon @auregourgeon

Commentaires