Ce que l’on retient de Francfort 2017

Francfort 2017

Plusieurs nouveautés ont marqué le coup à Francfort. Voici ce qui a retenu notre attention cette année.

Le Salon de Francfort peut paraître déjà bien loin. Pourtant il ne s’est terminé que dimanche dernier. Cette édition aura marqué les esprits, de plusieurs manières. Comme dans tous les grands salons internationaux, les sportives ont illuminé les allées.

Mercedes, roi du salon

A domicile, les constructeurs allemands se devaient de répondre présents. Ils l’ont plutôt bien fait. Après plusieurs mois d’attente, Mercedes a dévoilé la grande star du salon. A juste titre, l’AMG Project One a attiré l’attention sur elle. Plus de 1000 ch, quatre moteurs électriques et une technologie de Formule 1, l’hypercar n’a pas volé la vedette.

Au-delà de la Project One, Brabus a également contribué à mettre en valeur Mercedes. Le préparateur a fêté à Francfort ses 40 ans. Pour l’occasion, un monstrueux Classe G, des berlines et des coupés aux moteurs surgonflés étaient de la partie. Brabus, qui a occupé le plus gros stand de préparateur du salon, a également déployé une jolie collection d’anciens modèles restaurés.

La puissance allemande

Du côté de la concurrence, BMW a présenté la nouvelle génération de M5. Innovante de par son inédite transmission intégrale, la berline ne cesse d’augmenter ses performances. Désormais gonflée à 600 ch grâce au V8 biturbo 4.4 litres, la M5 continue d’écrire son histoire, débutée 33 ans et 6 générations en arrière.

Porsche n’a pas présenté de nouveau modèle. Mais plutôt un pack qui transforme la féroce 911 GT3 en discrète voiture (presque) passe-partout, grâce à son Touring pack. Aileron en moins, boite mécanique et confort supplémentaire : La 911 GT3 devient presque une 911 R de série. Avec la rareté et le prix en moins : 155 255 €, le même qu’une GT3 normale.

Chez Audi, on a présenté deux principales nouveautés sportives à Francfort. Une très musclée : la R8 RWS. Une version à propulsion qui reprend le même moteur que la R8 « Quattro » (à savoir le V10 5.2 litres atmosphériques développant 540 ch). Quelques modifications stylistiques et une série limitée de 999 exemplaires ajoutent du charme et surtout de la valeur à la sportive. Et puis, une deuxième qui boxe dans une autre catégorie : la nouvelle RS4 Avant. Le break de chasse délaisse son V8 atmosphérique au profit d’un V6 biturbo (450 ch) dont les performances sont en hausse. Il s’agit donc d’un retour aux sources pour la RS4 avant, dont la première version de 2000 était également équipée d’un V6 Biturbo.

Place aux petites !

Outre la Project One, le Salon de Francfort a évidemment eu son lot d’hyper et supercars qui ont participé à embellir les allées des salons. Ferrari a présenté la toute dernière de la famille, la Portofino, tandis que Lamborghini a dévoilé l’Aventador S Roadster. Et puis évidemment, la Bugatti Chiron était bien là aussi. Elle a d’ailleurs fait parler d’elle avec son nouveau record du 0-400-0 km/h en 42 secondes.

Mais les visiteurs n’avaient pas d’yeux que pour elles. Cette année, les petites ont tenu tête aux grosses cylindrées. Du côté des compactes, la grande révélation a été la présentation de la nouvelle Megane R.S. Mais Seat lui a presque volé la vedette avec la puissante Leon Cupra R de 310 ch.

Et puis, les GTi étaient à également l’honneur. Notamment grâce à la Up ! GTi, la Suzuki Swift ou encore la Toyota Yaris GRMN, pionnière d’une nouvelle branche sportive qui est en train de naître chez le constructeur nippon.

Enfin, des concepts prometteurs et sérieux ont aussi été dévoilé. Toujours dans la catégorie des compactes, la Mini GP Concept au look bestial nous a séduit. Moins abouti, plus futuriste, Honda a présenté l’Urban EV Concept. Une sportive dans l’esprit GTi mêlant tradition et modernité. Et au-delà de la M5, BMW a affiché pour la première fois son concept Z4 dans un salon européen, et dont nous avons hâte de voir la production de série.

Rendez-vous à … Lyon ?

Quoi qu’il en soit, il était plaisant d’apercevoir dans les allées des sportives dont les prix gravitent autour des 30 000 €. Ce Salon de Francfort a peut-être redonné plus d’intérêt au visiteur-acheteur avec des modèles abordables sans pour autant avoir une enveloppe à 200.000 €. On sent bien (et c’est le cas à chaque nouveau salon désormais) qu’une transition s’opère et que l’on se dirige vers une nouvelle aire technologique. Autant avec des motorisations hybrides et électriques qu’avec des technologies embarquées toujours plus développées. On peut regretter la non présence de certaines grandes marques (Aston Martin, Volvo, Alfa Romeo …).

Si cela peut consoler certains, ces mêmes marques seront présentes dès vendredi au salon automobile … de Lyon ! Certes, aucune grande nouveauté n’est prévue, mais ce sera l’occasion d’y retrouver l’Aston Martin DB11, la Ferrari 812 Superfast ou la Mégane R.S. On ne s’en plaindra pas !

Aurélien Gourgeon @auregourgeon

Commentaires