Autonomie et performance, le casse-tête de la supercar électrique

Plusieurs constructeurs prestigieux en parlent, mais pour le moment, aucun d’entre eux n’a dévoilé de supercar 100% électrique. La faute à une équation autonomie – performance encore difficile à résoudre.

Début mars à Genève, beaucoup de regards seront braqués sur la Rimac Concept Two. Le jeune constructeur croate présentera au salon de l’auto celle qui succèdera à la « One ». Rimac annonce un modèle encore plus puissant que le premier, qui délivrait déjà plus de 1200 ch par le biais de quatre moteurs électriques. La Concept Two possèdera également plus d’autonomie. Le chiffre est pour l’heure inconnu, mais il sera supérieur aux 350 km de la One qui semblent aujourd’hui dépassés.

Trop faible à plein régime

Outre le fait de l’augmenter, Rimac a certainement travaillé sur la capacité des batteries à tenir la charge lors d’une conduite « sportive » à laquelle se destine la supercar et qui impacte fortement l’autonomie. Le croate fait partie des rares constructeurs à proposer des véhicules de cette tranche. Si les performances des toutes électriques ne sont pas à remettre en cause – La supercar chinoise Nio EP9 détient des records sur plusieurs grands circuits européens – leur autonomie à plein régime suscite de véritables questions.

Par exemple, Genovation vient de dévoiler la GXE. Une Corvette électrique de 800 ch, avec seulement 280 kilomètres d’autonomie en conduite normale. La Nio EP9 en possède un peu plus, avec 427 km. Mais si on exploite ces voitures sur un circuit, les chiffres baissent considérablement…  C’est sur cet aspect là que travaillent les constructeurs qui envisageraient de produire des sportives électriques en série, et non à quelques exemplaires comme Rimac peut le faire.

Lire aussi : Genovation GXE, reine du silence

Trouver le bon compromis

McLaren ne cache pas s’être penché sur la question et possède déjà un mulet. Mais pour l’heure, la bonne formule n’a pas encore été trouvée. « Il nous reste encore beaucoup de chemin à parcourir » a déclaré Dan Parry Williams, le concepteur technique de la marque anglaise, en décembre dernier. La question centrale d’un projet comme celui-ci étant celle des batteries : « Disons que vous voulez conduire sur une piste pendant une demi-heure. Votre véhicule aurait une autonomie de plus de 500 km, et à la fin, il serait à plat comme une crêpe », a-t-il ajouté.

Pour lui, la clé se trouve vraiment dans les batteries : « Il y a beaucoup d’investissements qui se font sur des batteries à forte densité d’énergie plutôt qu’à densité de puissance » Autrement dit, la portée des batteries est pour l’heure plus importante que leur niveau de performance. Tout l’enjeu serait de combiner les deux pour pouvoir réussir. En quelques sortes, c’est le constructeur qui y parviendra le premier qui pourra lancer une 100% électrique sur le marché. Sergio Marchionne, le patron de Ferrari, a d’ailleurs été très clair : « Si une supercar électrique doit être faite, alors Ferrari sera le premier ». Si la parole de Marchionne n’est pas des plus fiables, on peut présager qu’un projet avancé est déjà à l’étude.

Lire aussi : Une McLaren 100% électrique, ce n’est pas pour tout de suite

La Mission-E en éclaireuse

Mais la bonne recette, c’est peut être Elon Musk qui l’a trouvée, avec la Tesla Roadster. Mais la sportive, annoncée avec des performances de Formule 1 et une autonomie de 1000 km ne verra pas le jour avant deux ans… La capacité de charge des batteries à plein régime reste encore inconnue. De son côté, Fisker, avec la nouvelle Emotion, annonce des temps de recharge record (200 km d’autonomie en 9 minutes) grâce à un système innovant. Des solutions pratiques mais qui obligent un arrêt, aussi court soit-il.

Les premières réponses concrètes arriveront peut être par le biais de la Porsche Mission-E. Prévue pour 2020, la sportive électrique allemande est attendue avec 600 ch et deux moteurs électriques. Selon les rumeurs, la Mission-E pourrait également être proposée en version S et GTS. Preuve qu’une utilisation plus « sportive » serait envisagée. D’ici là, un autre constructeur aura peut-être dévoilé les traits d’une véritable supercar électrique, pistarde et avec une autonomie adéquate au niveau de performance. Sera-t-il anglais, italien, ou autre ? Les paris sont ouverts …

Commentaires