La Corvette ne cédera pas (encore) aux technologies autonomes

Si General Motors et Chevrolet s’investissent dans les technologies autonomes, Tadge Juechter,  l’ingénieur en chef de la Corvette, a affirmé que ce n’était pas encore à l’étude pour la sportive. 

A quoi bon bénéficier d’une conduite autonome sur une Corvette ? C’est le message que Tadge Juechter a fait passer à nos confrères américains de GM Authority. Si l’ingénieur en chef reconnait que le groupe est avancé dans ces technologies, il estime qu’elles n’ont pas encore leur place dans la sportive. “Nous avons la chance de faire partie d’un groupe qui propose des véhicules pour tout type de demande. Chez Chevrolet, nous avons déjà le Bolt EV, et ensuite, il y a la Corvette ZR1″, a-t-il expliqué. 

Créer un nouvel outil grâce aux technologies

Si Tadge Juechter a fait comprendre que la Corvette était surtout basée sur l’expérience de conduite, il pourrait toutefois s’inspirer des technologies actuelles pour créer un autre type d’assistance. Quelque chose de plus utile pour une utilisation sur sur circuit, par exemple. Un outil qui permettrait au conducteur de suivre la meilleure trajectoire. “Si vous quittez la ligne, cela vous remettra sur le bon chemin et la trajectoire sur laquelle la voiture sera la plus rapide.” 

Lire aussi : Après le coupé, Chevrolet dévoile la ZR1 cabriolet

Pour le moment, Tadge Juechter est incapable de dire quand une telle technologie pourrait arriver. Peut être que la huitième génération de Corvette à moteur central, attendue pour 2019, marquera les prémices de l’autonomie. En attendant, l’ingénieur en chef se contente largement de la nouvelle C7 ZR1, qui ne possède pas même de limitateur de vitesse.